Treize

Treize pieds treize mots treize vers

Une histoire un conte une fable

Un oubli obligé d’honorer son récit

Où suis-je pour ne pas te retrouver

Où vais-je pour avoir oublié de t’aimer

Appel d’un cri mon cœur qui t’est donné

Hurle l’amour qui brûle en toi

Je me souviens qu’il me faut te dire

Attends, je te reviendrai plus aimant

Qu’à mon départ annoncé

Je souffre en mon être réduit

Sec aux entrailles déchirées

Mes treize ans n’auront pas suffi.

GilDaph 2 juillet 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s